jeudi 13 mars 2014

Mon avis sur "Betty", de Arnaldur Indridason

Betty

Auteur: Arnaldur Indridason 

Année de parution: 2013

Editions: le Point

Genre: roman noir

Nombre de pages: 236

lu en: mars 2014

Acheté au Furet du Nord

ma note:  3 sur 5  (chouette lecture)




Sur livraddict:  c'est ici

Quatrième de couverture


Dans ma cellule, je pense à elle, Betty, si belle, si libre, 
qui s'avançait vers moi à ce colloque pour me dire son admiration pour ma conférence.
Qui aurait pu lui résister...
Ensuite, que s'est-il passé? 
Je n'avais pas envie de ce travail, de cette relation. 
J'aurais du voir les signaux de danger. 
J'aurais du comprendre bien plus tôt ce qui se passait. 
J'aurais du...j'aurais du... j'aurais du...

Maintenant, son mari a été assassiné et c'est moi qu'on accuse.. 
La police ne cherche pas d'autre coupable. 
Je me remémore toute notre histoire depuis le premier regard et lentement, 
je découvre comment ma culpabilité est indiscutable 
mais je sais que je ne suis pas coupable.

Mon avis: 

Arnaldur Indridason change ici du registre auquel il nous a habitué. Je le connais et l'apprécie pour les enquêtes du taciturne Erlendur, entouré de son équipe, cerné par les problèmes familiaux, hanté par ses souvenirs d'enfance, dans la sombre et glaciale ambiance d'Islande.

Ici, on sort clairement du polar pour un véritable roman noir, au style très cinématographique, raconté à la première personne, avec un personnage principal incarcéré qui nous raconte comment il a été manipulé par la somptueuse Betty.

Il ne faut surtout pas que je vous en dise plus, car tout le plaisir de ce livre vient de l'énorme surprise qui nous tombe dessus à mi-parcours. Une fois qu'on a découvert ce retournement de situation, on se dit qu'il faudrait presque reprendre sa lecture depuis le début car toute la perspective qu'on avait est bouleversée !

En cela, Indridason réussit un tour de force et j'ai été ravie de me faire bluffer de la sorte !

J'ai également apprécié le fait que ce roman se lise très vite, il n'est pas très épais. En ce qui me concerne, deux soirées ont suffi (et encore, j'étais déconcentrée par la télévision).

Par contre, en ce qui me concerne, je ne considère pas que ce soit la plus grande oeuvre de l'auteur, car je reste attachée aux enquêtes d'Erlendur, au rythme lent (Derrick, sors de ce corps!), sur fond d'Islande. Dans Betty, on parle très peu de l'Islande, le décor n'est finalement pas si important que dans les autres romans de l'auteur. Et je me suis nettement moins attachée aux personnages, surtout à cette machiavélique Betty alors que souvent j'ai une admiration particulière pour les "méchants". Elle ne m'aura pas marqué plus que ça... même si j'ai tout de même passé un chouette moment avec ce roman noir. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse !