jeudi 24 octobre 2013

Mon avis sur "Nos étoiles contraires", de John Green

Nos Etoiles Contraires

Auteur: John Green

Année de parution: 2013
Editions: Nathan

Genre: romance


Nombre de pages:327

lu en: octobre 2013


Acheté: 16,50 euros au Furet du Nord

ma note: 5 sur 5
(super fann)

Quatrième de couverture

"Lorsque je lisais ce livre à la plage, ma mère m'a demandé ce qu'il racontait.

Et moi complètement absorbée par ma lecture et désirant y retourner au plus vite, je lui ai dit le gros de l'histoire: 
- C'est une fille qui a le cancer, qui rencontre un gars qui avait le cancer, c'est génial!
Alors là, elle m'a lancé un regard inquiet et m'a dit:
- T'es sûre que ça va ?
( une lectrice sur boknode.com)

Un roman sur la vie, la mort, et les gens qui se retrouvent coincés entre les deux. "Nos Etoiles Contraires", c'est du John Green au somme de son art. On rit, on pleure et on en redemande (Markus Zusak, auteur du besteller La Voleuse de livres)


Alors qu'on craint de ne ressentir que de la tristesse en le refermant, ce livre nous fait aimer la vie plus que jamais (Mélanie Blossier, chroniqueuse pour le magazine Page et libraire à la librairie Doucet, au Mans)


Ca frôle le génie. Ce livre est tout simplement dévastateur. Il affronte sans peur les émotions simples, directes, puissantes. (Time Magazine)"

Mon avis: 

Whaouh. Je me suis prise une belle claque avec ce livre. 

A vrai dire, les avis qui sont sur le 4ème de couverture lui rendent parfaitement justice. Ce n'est pas un livre ordinaire, et cela, sans doute du fait du sujet qui y est abordé: oui, les adolescents atteints d'un cancer ont aussi le droit d'être amoureux et de vivre leurs premiers émois. J'avais un peu peur en me lançant dans l'histoire que ça me fasse déprimer, car le postulat n'est pas franchement gai. Mais c'est là tout le talent de l'auteur, qui a réussi à faire de son livre une magnifique leçon de vie, dont on ne sort pas "abattu" mais plutôt plein d'espoir. En tout cas, ça a été mon ressenti, et je trouve que John Green mérite vraiment toutes les critiques positives que j'ai pu lire ou entendre à son sujet. 


Hazel 16 ans et Augustus 17 ans, jeunes américains de l'Indiana, se rencontrent dans un groupe de soutien pour malades du cancer. Hazel a un cancer aux poumons et se balade en permanence avec une bonbonne d'oxygène reliée à ses narines. Augustus a eu un cancer qui lui a coûté une jambe, il porte une prothèse. Ils sont hors du commun, mais pas (seulement) du fait de leur maladie. Ils ont tous les deux une personnalité complètement à part, un brun cynique, qui fait que leur rencontre est comme une évidence. Ils vont tomber amoureux, sentir leurs coeurs battre à l'unisson et ressentir ce formidable élan d'espoir et d'invincibilité que crée le sentiment d'amour partagé. Cependant, ils ne pourront pas se montrer longtemps aussi insouciants que des ados ordinaires, la maladie se rappelant bien vite à leur souvenir. Pour Hazel, accepter l'amour d'Agustus, c'est finalement le condamner à souffrir, puisqu'elle risque de mourir rapidement et de l'"abandonner". Malgré cette épée de Damoclès, elle vivra avec lui les moments les plus forts de sa vie. 


C'est vraiment bien écrit, poignant, assez poétique, à la fois triste et joyeux...c'est très fort! 


En plus, le roman nous emmène à Amsterdam, ville que j'ai visitée l'an dernier avec mes amies, et j'ai trouvé que l'ambiance de cette capitale était très bien retranscrite, avec ses vélos omniprésents, ses couleurs, ... 


Une lecture "coup de poing" qui m'a vraiment émue mais sans m'anéantir de tristesse. 



Ce que je retiendrai de ce livre: 

John Green a su parler de la mort et du cancer, et en faire un livre sur la vie, sur l'amour, sur la jeunesse et le bonheur. Un livre qui remet assurément les idées en place. 

2 commentaires:

votre avis m'intéresse !